Et si on parlait matériel pour partir du bon pied ?

Vous vous lancez dans la photographie à haute vitesse.

Vous ne savez pas vraiment comment aborder le sujet et avec quel matériel débuter.

C’est la question qui préoccupe beaucoup d’entre vous.

De quel matériel ai-je besoin ? Mon boitier est-il assez puissant ?
Quel objectif monter sur mon appareil ?...

Une chose est sûre  ! L'équipement que vous possédez est peut-être suffisant pour débuter dans ce domaine photographique.

Néanmoins, si vous avez envie de faire des collisions de gouttes, des accessoires supplémentaires seront requis.

Je ne vais pas vous le cacher, un petit budget est à prévoir. Mais quand on aime, on ne compte pas. Enfin... avec modération quand même.

Avant de faire flamber la carte bleue, je vais vous donner quelques conseils (issus bien évidemment de ma pratique) sur l’équipement dont vous pouvez avoir réellement besoin.

Je vais vous indiquer avec quoi j’ai démarré (ça vous fera surement sourire) et ce que j’utilise aujourd’hui.

Avant cela, laissez-moi revenir sur le principe de la photographie à haute vitesse.

Cette technique consiste à capturer un évènement pour ainsi dire, invisible pour l’œil humain. Ce phénomène se produit en quelques millisecondes.

Dans ce domaine photographique, vous pouvez obtenir des images extraordinaires.

Vous vous posez surement au moins 3 questions :

Quelle vitesse d'exposition dois-je utiliser ?

La photographie à haute vitesse se pratique généralement en intérieur. Vous voyez où je veux en venir ? Intérieur... lumière... vitesse...

Il faut un temps d’exposition extrêmement court pour figer l’évènement qui se produit à la vitesse de l’éclair.

Nous allons voir un peu plus loin comment résoudre cette problématique.


Comment déclencher mon appareil photo dans le bon timing ?

Le résultat de ce type de photo est imprévisible. De plus, à quelques millisecondes près, vous n’obtiendrez pas l’effet espéré.

Le déclenchement de votre boitier doit se faire à un instant hyper précis pour obtenir le cliché voulu (ou presque).

Exemples :

Vous voulez capturer une goutte au moment précis où elle touche la surface de l’eau.

Vous voulez saisir les remous qui se créent juste après la chute d’un objet (fruits, légumes…) que vous lâchez dans un aquarium.

Vous voulez prendre une collision de gouttes au moment exacte où une seconde goutte entre en collision avec la colonne.

Pour ces 3 photos, le délai de déclenchement est totalement différent.

Dans ce qui suit, vous verrez quels appareils permettent cette précision d'horlogerie.

Comment obtenir des clichés d'une grande netteté ?

Imaginez ! Vous faites un cadrage soigné et une mise au point précise. Vous allez y passer du temps.

Vous faites bouger votre appareil photo ne serait-ce que de quelques millimètres. Il y a une forte probabilité d’obtenir un résultat flou. Vous auriez ruiné tous vos réglages.

Vous devez absolument caler votre appareil photo une bonne fois pour toutes.

Maintenant, en plus de votre reflex, de quel matériel spécifique avez-vous besoin pour répondre à ces questions ?

En réalité, vous pouvez très bien vous initier à la haute vitesse sans matériel spécifique si :

1. Vous prenez vos photos en extérieur sous un grand soleil. Vous réglez le problème de lumière, mais comme je vous le disais plus haut, en règle générale, on pratique ce genre de prise de vue en intérieur…

2. Vous testez différents tempos en comptant jusqu’à…(1, 2, 3…)

Vous réglez le problème de déclencheur. Malheureusement, vous ne serez pas très précis…

Regardez plutôt.

Deux millisecondes entre chaque cliché suffisent pour obtenir ces 4 images.


3. Vous disposez d’une pile de livres pour poser votre boitier. Vous réglez le souci de stabilité. Pourquoi pas au début ?

Vous voyez que sans matériel particulier, vous pouvez trouver des astuces pour réaliser des photos à haute vitesse.

Mais si vous devenez passionné, vous devrez acquérir un minimum d’équipement :

Au minimum 2 flashes :

En règle général, le flash a pour but de déboucher les ombres.

Pour la photo à haute vitesse, sa fonction principale est de pallier le manque de vitesse de nos appareils photo (1/4000ème ou 1/8000ème maximum selon les modèles).


Un déclencheur « intelligent » (appelé Trigger): ils évitent les déclenchements hasardeux.

Cet appareil s’avère très pratique quand on fait des éclatements de ballons ou lorsque je fais "danser" la peinture…

Ils intègrent différents capteurs (lumière, son, laser) et fonctionnalités pour exécuter des Time lapse, HDR, photographier des feux d’artifice…

Selon les paramètres saisis, cet accessoire ordonne le déclenchement de votre appareil photo ou de votre flash selon la connexion choisie.

Un contrôleur de gouttes (si vous voulez faire de la collision de gouttes, bien sûr) :

Cette assistance électronique permet de définir la taille des gouttes, le délai de chute entre elles et le délai de déclenchement de votre boitier (ou flash).

Un trépied : il est indispensable.

À moins d’être une pieuvre, vous aurez beaucoup de mal à être partout à la fois. Je peux vous assurer que vous avez plein de tâches à effectuer : lâcher des objets, ajuster l’éclairage, nettoyer…

Une fois que les réglages sur l’appareil, le cadrage et la mise au point sont faits, vous n’avez plus qu’à vous concentrer sur vos prises de vue. Sauf, bien sûr, pour les petits ajustements.

Pour l’appareil photo, je ne vais pas m’étendre… Si vous êtes ici, vous en possédez vraisemblablement un. Petite précision quand même… Tous les appareils ne permettent pas de pratiquer la photo à haute vitesse.

Voyons ça maintenant.

Mon appareil photo est-il capable de faire des photos à haute vitesse ?

Vous devez contrôler de pouvoir effectuer impérativement :

  • La prise de vue en mode Manuel ;
  • Le déclenchement de flashes en mode déporté.

Oubliez le smartphone ou un compact ! À moins que…
Vous pouvez toujours utiliser votre smartphone pour faire des ralentis de vos mises en scène. Ça peut être sympa.

Avec un reflex (APS-C, Plein format) ou un hybride, vous n’aurez aucun problème. Vous pouvez contrôler vos réglages et monter les objectifs que vous voulez.

Selon les modèles, les reflex (ou hybrides) sont souvent pourvus d’un mode « Bulb ». Ce mode est utilisé dans la photo de collisions de gouttes (lorsque vous utilisez un contrôleur de gouttes).
J'en parlerai dans un article consacré aux collisions de gouttes.

Vous le savez. C’est bien la qualité de votre optique et non votre boitier qui donne de belles photos.

Vous pouvez avoir l’appareil photo le plus sophistiqué du marché. Si vous l’équipez d’un objectif bas de gamme, vos photos n'auront pas un rendu exceptionnel. Donc si vous devez investir dans du matériel photo, un petit conseil… investissez en priorité dans un bon objectif.

Vous avez déjà vu rouler une Ferrari avec un moteur de 2CV ? 😊

J’ai un objectif standard. Est-ce suffisant ?

Il ne faut pas exagérer non plus. Un objectif standard suffit pour débuter. La seule condition qu'il doit remplir, c'est de pouvoir débrayer l’autofocus pour passer en mise au point manuelle.

Vous ne voulez pas que votre équipement reçoive des éclaboussures. Au prix que coûte le matériel...

C’est pourquoi, dans certaines situations, il est recommandé d’utiliser une longue focale. Vous éloignez votre appareil des projections éventuelles.

CE QUE

J'UTILISE !

  • Un 24 x70 mm, pour les éclatements de ballons. Ce qui me permet de laisser mon appareil à distance et ainsi lui éviter les projections d’eau. En revanche, je dois recadrer au post-traitement (donc perte légère de qualité).
  • Un 100mm macro pour les collisions de gouttes et autres photos de Splash. L’appareil n’a pas besoin d’être trop proche du sujet. La qualité de cet objectif est vraiment irréprochable. 

Un objectif macro est assez cher. Il n'est pas nécessaire pour débuter.

En revanche, si vous voulez des images d’une grande perfection, je vous le conseille vivement. D’autre part, il sera le bienvenu pour vos macros d’insectes, de fleurs ou du portrait.

Le flash cobra

Je sais que c’est un équipement qui en décourage plus d’un.

Bien souvent, c’est la peur de ne pas savoir l’utiliser qui freine les photographes débutants.

Comme je comprends. J’ai mis un temps fou à me décider à en acquérir un.

Mais là, vous n’y coupez pas !

Le flash est l’accessoire i.n.d.i.s.p.e.n.s.a.b.l.e. en photographie à haute vitesse !

C’est le seul moyen pour résoudre le problème de vitesse !

Vous devez tenir compte de 2 paramètres non négligeables lorsque vous voulez figer des éclaboussures (quelles qu’elles soient) :

  • Le premier paramètre : La vitesse.
    Le temps de pose doit être extrêmement bref. Nous l'avons déjà vu...
  • Deuxième paramètre : La profondeur de champ.
    Vous ne savez pas quelles directions vont prendre les projections. Vous devez donc prévoir une zone de netteté assez grande pour que les gouttes, la poudre… soient nettes.

Les vitesses de votre boitier ne sont pas suffisamment rapides.

Dans certains cas de figure, on doit avoir une vitesse de plus de 1/10000ème de second. Non je ne me trompe pas dans les zéros !

La difficulté principale est donc de trouver un bon compromis entre ouverture et profondeur de champ.

Si vous fermez le diaphragme de l’objectif, vous augmentez la profondeur de champ. En contrepartie, vous diminuez la vitesse.

À l’inverse, en ouvrant le diaphragme, vous augmentez la vitesse, mais la profondeur de champ diminue.

Autre possibilité, vous pouvez monter les ISO. La vitesse augmente, mais vous allez voir apparaître du bruit numérique sur vos images.

Vous aurez beau tester beaucoup de combinaisons. Vous n’atteindrez jamais la vitesse nécessaire à figer une collision de gouttes en utilisant uniquement votre reflex.

Le seul moyen d'y parvenir, c’est l’éclair d’un flash (voir de 2 ou même plus) qui permet d’atteindre ces hautes vitesses.

CE QUE

J'UTILISE !

  • 1 flash cobra  TTL
  • 4 flashes cobra manuel

Si vous possédez un TTL (ou que vous n’êtes pas encore équipé), je vous conseille les flashes manuels. Ils sont moins onéreux que les TTL. Pour le prix d’un flash de marque (Canon ou Nikon), vous pouvez vous offrir 3 ou 4 manuels.

Lorsque vous utilisez plusieurs flashes en mode déporté, il est intéressant de pouvoir régler leur puissance et leur zoom à distance.

J’ai plusieurs flashes. Comment les contrôler à distance ?

Vous avez 2 méthodes pour les commander :

La première consiste à les déclencher lorsqu’ils détectent l’éclair du flash principal (soit le flash intégré, soit un flash fixé sur la griffe de votre boitier).

Le problème de cette configuration est que tous vos flashes ont obligatoirement les mêmes paramètres (même puissance, même zoom).

Vous pouvez avoir besoin de positionner vos flashes de différents endroits : un à droite, un à gauche, au-dessus, au-dessous, derrière...

Et donc, vous pouvez avoir besoin de paramètres différents sur chaque flash.
Dans ce cas, vous devez utiliser la 2ème solution : un contrôleur/transmetteur.

Le principe est simple : comme son nom l’indique, ce qu’on lui demande, c’est de transmettre des paramètres soit individuellement, soit à un groupe de flashes.

Attention !

Le contrôleur de flash doit être compatible avec les flashes que vous possédez.

CE QUE

J'UTILISE !

  • 4 Yongnuo 560 IV
  • 1 contrôleur/transmetteur Yongnuo YN560-TX

Ce contrôleur est compatible avec les flashes de la marque Yongnuo YN560 III, YN560 IV et YN660

Le trépied est un accessoire très utile en photo à haute vitesse.

L'incontournable trépied !

Vous l’avez compris, vos mains vont être bien occupées. Alors, fixer votre reflex sur un trépied ne sera pas du luxe.

Vous n’avez pas nécessairement besoin d’un trépied haut de gamme.

Choisissez un modèle qui vous sera utile dans d’autres domaines (portraits, poses longues, macro, Time lapse…). Autant choisir un trépied qui vous correspond.

Certains trépieds sont équipés d'une colonne centrale orientable. Ça permet de changer l’angle de vos prises de vue. Cela peut s’avérer sympa de photographier des évènements du dessus…


Une rotule Ball 360° ou 3D ?

La rotule Ball 360° est la plus utilisée. Elle équipe aujourd’hui la plupart des trépieds. Elle est peu encombrante et légère.

Son utilisation est simple et maniable. Une simple molette serre (ou desserre) la boule sur les 3 axes simultanément.

En revanche, la précision des réglages pour le cadrage des photos à haute vitesse demande un certain temps.

La rotule 3D permet de contrôler indépendamment les 3 axes. Ce qui permet d’atteindre une plus grande précision de cadrage. Ce type de rotule est plus lourd et plus encombrant… mais ici, on ne le promène pas…

Le fait de pouvoir faire un ajustement de cadrage sur un axe rend le réglage plus rapide.

J’utilise les deux systèmes. Mais pour la photographie à haute vitesse, j’ai une préférence pour la rotule 3D.

CE QUE

J'UTILISE !

  • Un trépied K&Concept TM2515T
  • Rotule X-Pro 3D Manfrotto

Dernière chose !

En photographie à haute vitesse, il est possible de tout faire manuellement. C’est ce que je faisais quand j’ai débuté. Afin presque. J’utilisais la fonction déclenchement à distance à l’aide de mon intervallomètre.

Je ne vous dis pas le nombre de prises de vue pour obtenir un résultat correct.

C’est pas mal pour commencer. Mais j’ai vite compris qu’il me fallait un autre système plus précis faire des photos de grande qualité.

Le déclencheur intelligent

Il existe sur le marché des déclencheurs dits « intelligent » (trigger).

Comme je vous le disais plus haut, ces déclencheurs intègrent des capteurs et offrent pas mal de fonctionnalités.

En réalité, ils sont pilotés depuis une application installée sur votre smartphone. Vous pouvez déclencher soit votre appareil photo, soit votre flash.

Ce sont des aides technologiques très pratiques qui font gagner un temps fou. En plus, leur utilisation nous évite de faire un nombre de clichés considérables.

J’ai commencé à m’équiper avec du matériel spécifique : un déclencheur « intelligent » du fabricant MIOPS. Dans la même gamme de produits, il en existe aussi le  Pluto Trigger.

CE QUE

J'UTILISE !

  • Miops Smart+

Le contrôleur de goutte

Et oui, on commence par figer des projections d’eau, de poudre. On éclate des ballons. On découvre une multitude d’évènements à figer.

Et on arrive aux spectaculaires collisions de gouttes.

Là aussi, j’ai commencé avec les moyens du bord. C’est-à-dire avec un flash et mon appareil photo.

Regardez plutôt !

La goutte a été créée avec une seringue que je tenais à la main (MDR)

Vous pouvez aussi essayer avec un kit de perfusion. C’est mieux que la seringue ! Une fois que vous avez trouvé le bon réglage du compte-gouttes, il suffit de trouver le bon timing pour déclencher.

Inutile de vous dire que pour obtenir les photos que je réalise maintenant, il faut un équipement spécifique.

CE QUE

J'UTILISE !

  • Miops Splash (matériel tout en un)

J'ai choisi dans un premier temps, un appareil tout en un : le Kit Miops SplashPluto possède aussi dans sa gamme de produits une vanne (que je n'ai jamais eu l'occasion de tester).

L'un comme l'autre est connecté à votre smartphone (via une connexion Bluetooth). Depuis une application, vous paramétrez la taille des gouttes, l'intervalle de chute entre chaque goutte et le délai de déclenchement de l'appareil photo ou du flash.

Aujourd'hui, j'ai atteint les limites de ce système.

Comme je suis toujours aussi passionnée et que j'ai envie de toujours mieux faire, j'ai choisi un autre système : le Glimpsecacher. Ce système mérite à lui seul un article dédié.

Pour finir, je dirais que peu importe le contrôleur de gouttes que vous utilisez.
Ce qui est important, c'est de comprendre le comportement des gouttes selon les différents réglages paramétrés sur l'application. 

S'il y avait une chose à retenir

Regardez dans votre sac photo.

Vous possédez déjà très certainement le matériel pour découvrir la photo à haute vitesse sans vous ruiner.

Voici une petite checklist du matériel de base :

  • Un appareil photo avec mode manuel 
  • Un objectif
  • Un flash cobra
  • Une télécommande
  • Un trépied
  • Une télécommande intelligente
  • Un contrôleur de gouttes
  • Un ou plusieurs flashes manuels supplémentaires
  • Un contrôleur / transmetteur de flashes

Pour aller plus loin...

  • 2 ou 3 flashs cobra manuels
  • Un contrôleur / transmetteur de flashes
  • Un objectif macro
  • Une télécommande intelligente
  • Un contrôleur de gouttes
Temps de lecture : 15 minutes

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>